Actualités
4.0 | Michele THAMTHAM

Rapport mondial de l’IPBES : déclin alarmant de la nature

publié le 14/05/2019

« La nature décline globalement à un rythme sans précédent dans l'histoire humaine - et le taux d’extinction des espèces s’accélère, provoquant dès à présent des effets graves sur les populations humaines du monde entier ». Cette phrase est issue du dernier rapport de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES en anglais) l’équivalent du GIEC (changement climatique) mais pour la Biodiversité mondiale. Le résumé du rapport a été approuvé lors de la 7ème session plénière de l’IPBES (29 avril-4 mai 2019, Paris).

Le rapport d’évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques est le document le plus exhaustif réalisé à ce jour. Il s’agit du premier rapport intergouvernemental de ce type. Il s’appuie sur l’évaluation historique des écosystèmes pour le millénaire (Millenium Ecosystem Assessment) de 2005 et introduit de nouveaux moyens pour d’évaluation des preuves.

Élaboré par 145 experts issus de 50 pays au cours des trois dernières années, avec des contributions additionnelles apportées par 310 autres experts sur environ 15 000 références scientifiques, le rapport évalue les changements au cours des cinq dernières décennies et fournit un aperçu complet de la relation entre les trajectoires de développement économique et leurs impacts sur la nature.

Un chiffre à retenir ?  Environ 1 million d'espèces animales et végétales sont aujourd'hui menacées d'extinction, notamment au cours des prochaines décennies, ce qui n’a jamais eu lieu auparavant dans l'histoire de l’humanité.

Depuis 1900, l'abondance moyenne des espèces locales dans la plupart des grands habitats terrestres a diminué d'au moins 20 % en moyenne. Plus de 40 % des espèces d’amphibiens, près de 33 % des récifs coralliens et plus d'un tiers de tous les mammifères marins sont menacés. La situation est moins claire pour les espèces d'insectes, mais les données disponibles conduisent à une estimation provisoire de 10 % d’espèces menacées. Au moins 680 espèces de vertébrés ont disparu depuis le 16ème siècle et plus de 9 % de toutes les races domestiquées de mammifères utilisées pour l’alimentation et l’agriculture avaient disparu en 2016, et 1 000 races de plus sont menacées.

Le rapport présente également un large éventail d’exemples d'actions en faveur du développement durable et les trajectoires pour les réaliser dans des secteurs tels que l'agriculture, la foresterie, les écosystèmes marins, les écosystèmes d'eau doce, les zones urbaines, l'énergie, les finances et bien d'autres.  

Communiqué de presse de l’IPBES ici

La Nouvelle Aquitaine n’échappe pas à cette règle. Grâce au travail et à l'expertise de tout un réseau, des bilans sont régulièrement produits pour identifier les espèces menacées au niveau régional. L'ensemble de ces publications sont disponibles iciQuelques chiffres sur les niveaux de menace des espèces de Nouvelle-Aquitaine ? 



Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience. En savoir plus.